Webzine

Bienvenue sur le webzine des Indispensables !

Vous y trouverez des trucs et astuces ainsi que des informations sur l’actualité des petits bobos.

Quel pansement cicatrisant pour soigner une plaie superficielle ?

 

Coupures et petites plaies, coupures de rasoir, égratignures et écorchures, plaies dans les zones difficiles d’accès (entre les doigts, orteils, dans les plis…), saignements buccaux, saignements des zones fortement vascularisées (arcades sourcilières, aisselles…)…

Autant de plaies superficielles qui nécessitent néanmoins une attention particulière.

     

 

1- Qu’est-ce qu’une plaie superficielle ?

Une plaie est une lésion des tissus de la peau. Elle est considérée comme superficielle lorsqu’elle ne touche que l’épiderme et la zone superficielle du derme. Lorsque la plaie est située dans une zone riche en petits vaisseaux, elle peut saigner abondamment1.

Ces plaies sont fréquentes au quotidien.

 

2- Pourquoi toute plaie doit être traitée avec attention ?

La peau est notre organe de contact avec l’environnement extérieur. Sa couche superficielle joue un rôle primordial : nous protéger des agressions externes.

Toute lésion doit être nettoyée et traitée soigneusement pour prévenir tout risque d’infection et favoriser la cicatrisation2.

La cicatrisation dépend de nombreux facteurs, ce qui la rend unique, d’une personne à l’autre, d’une cicatrisation à une autre…

 

3- Quels sont les facteurs qui retardent la cicatrisation3 ?

Plusieurs facteurs peuvent ralentir le processus naturel de cicatrisation :

1 – Facteurs métaboliques et nutritionnels :

Dénutrition
• Anémie
Diabète

2 – Facteurs médicamenteux :

• Chimiothérapie
• Corticoïdes
• Anti-inflammatoires non stéroïdiens
• Polymédication

3 – Facteurs vasculaires :

• Insuffisance veineuse artérielle
• Artériosclérose

4 – Autres facteurs :

• Âge
• Tabagisme

 

4- Quels sont les bons gestes à adopter2 ?

1 – Priorité n°1 : ARRÊTER LE SAIGNEMENT 

 

1. Se laver soigneusement les mains

 

 

 

2. Tamponner la plaie avec une compresse ou un linge propre pour éponger le sang si nécessaire.

 

 

3. Appliquer une compresse hémostatique en exerçant une légère pression sur la plaie pendant 2/3 minutes.
Si une seconde compresse est nécessaire, ne pas enlever la première compresse tant que le saignement ne s’est pas arrêté. Superposer les compresses en maintenant la pression.

 

 

2 – Priorité n°2: NETTOYER ET PROTÉGER LA PLAIE pour prévenir et FAVORISER la cicatrisation

 

4. Nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon ou du sérum physiologique (NaCI à 0,9%) du centre vers la périphérie.

 

 

 

5. Utiliser un cicatrisant : appliquer la poudre et/ou poser un pansement composé d’alginate de calcium pour favoriser l’arrêt complet du saignement et la     cicatrisation.

 

 

L’utilisation d’un pansement cicatrisant de la gamme Coalgan est particulièrement adaptée aux plaies superficielles. Ces produits hémostatiques et cicatrisants d’origine végétale (alginate de calcium issu des algues marines) se gélifient au contact du sang grâce à la libération de ses ions calcium directement dans la plaie. Cela permet un arrêt rapide du saignement et accélère le processus naturel de la cicatrisation tout en évitant les surinfections.

Il est important de changer le pansement tous les jours afin de vérifier l’évolution de la plaie.
En cas de doute, toujours demander un avis médical.

 

5- Quand faut-il consulter2 ?

Vous devez vous rendre aux urgences rapidement ou appeler le 15 :

– Si le saignement abondant ne peut être arrêté après 10/20 minutes de pression
– Pour toute plaie ouverte profonde et/ou étendue
– Pour toute plaie située sur le crâne avec un saignement abondant ne pouvant être arrêté
– Pour toute plaie se trouvant sur le thorax, l’abdomen (risque de lésions des nerfs, tendons, artères, veines et/ou organes),
– Pour toute plaie touchant l’œil, le visage ou le cou saignant par pulsations, au rythme des contractions du cœur, pouvant révéler l’atteinte d’une artère ou artériole (petit vaisseau sanguin).

 

Vous devez consulter un médecin :
– Pour toute plaie provoquée par un objet souillé
– Pour toute plaie étendue (> moitié de la paume de la main)
– Pour toute plaie avec des corps étrangers qui restent dans la lésion
– En cas de morsure
– En cas de vaccination antitétanique non à jour
– Si des signes d’infection apparaissent après avoir soigné la plaie2 :

  • douleur
  • rougeur
  • suintement d’un liquide jaunâtre ou verdâtre
  • gonflement des berges de la plaie
  • fièvre > 38°c

– Si vous constatez une absence de cicatrisation au bout de 2 semaines

Dans tous les cas, il faut avoir un avis médical lorsque les plaies touchent les nourrissons, les personnes âgées, les diabétiques ou immunodéprimés (risque d’infection plus élevé pour ces derniers).

CAS PARTICULIER : Les troubles de l’hémostase ou troubles de la cicatrisation
Les personnes souffrant de troubles de l’hémostase ont souvent du mal à maîtriser leurs saignements. Ils doivent donc porter une attention particulière à leurs plaies.

 

6 – Quelles sont les différents types de plaies superficielles qui peuvent être soignées à la maison ?

 

INDICATION PRODUIT À UTILISER
 Ampoules ouvertes COALGAN POUDRE & COALGAN ADHÉSIF
 Brûlures superficielles et suintante COALGAN COMPRESSE
 Coupures et petites plaies COALGAN ADHÉSIF
 Coupures de rasoir COALGAN POUDRE
 Égratignures et écorchures COALGAN POUDRE
 Érythèmes fessiers COALGAN POUDRE
 Plaies dans des zones difficiles d’accès (entre les doigts, orteils,   dans les plis…) COALGAN POUDRE
 Plaies du cuir chevelu COALGAN POUDRE
 Saignements buccaux COALGAN COMPRESSE
 Saignements de nez COALGAN COMPRESSE
 Saignements des zones fortement vascularisées (arcades   sourcilières…) COALGAN COMPRESSE

 

Références :
1- Larousse Médical, plaie superficielle https://www.larousse.fr/encyclopedie/medical/plaie/15401  –  consulté le 21/10/2019
2- Site internet ameli-sante.fr « Comment bien soigner une plaie ? »  –  consulté le 22/10/2019
3- Plaies et cicatrisations au quotidien, L. Teot, S. Meaume, O. Dereure (Chapitre 1, Dynamique de la cicatrisation normale, pages 19-21) – 2001
4- Plaies et cicatrisations au quotidien, L. Teot, S. Meaume, O. Dereure (Chapitre 20, Physiopathologie des plaies chroniques et des retards de cicatrisation) – 2001